Suivante
Suivante
AZE
02
aze
1/15
aze
Sarcophage
de St. Genest

Orante entouré
des miracles du Christ
azeAZE aze
De ce sarcophage en marbre blanc ne subsiste que la cuve. Il a pour particularité d'avoir été réalisé à l'origine en plusieurs morceaux de marbre assemblés par des agrafes et des goujons en fer et scellés au mortier de chaux. C'est le cas de la moitié supérieure de l'arrière et des extrémités, aujourd'hui disparues. Elle était taillée dans un autre bloc de marbre et se trouvait assemblée à la moitié basse de la cuve par collage au mortier, lequel était réparti dans une gorge longitudinale (pour étanchéifier la cuve) et par des inserts en fer répartis sur la longueur de l'assemblage.
01
AZE
A
03
A
azeAZE
azreazeCertains de ces inserts en fer devaient avoir une autre fonction. Comme nous le décrirons plus loin, une veine du marbre dans le sens de la longueur fragilisait le bloc principal. Constaté par les artisans lors de la fabrication, ils auront jugé utile de renforcer la cohésion de la pierre par l'ajout de plusieurs agrafes enjambant la veine en question.
azreaze aze
05
A

Du fait de l'augmentation du volume des goujons et de agrafes due à l'oxydation, la moitié basse s'est trouvée briser - il y a longtemps sans doute - en plusieurs fragments et comporte aujourd'hui de nombreuses petites lacunes ainsi que des fissures inachevées qui fragilisent la cuve. En conséquence il était tout à fait impossible de déplacer le sarcophage sans risquer sa rupture en plusieurs parties. Son état de conservation a justifié alors une importante intervention de restauration.

aze
aze
aCette intervention n'est pas très ancienne si l'on en juge par la présence d'une résine utilisée pour les collages. Avec tout le respect que l'on doit pour les pratiques devenues obsolètes de nos prédécesseurs, cette intervention peut être qualifiée de mauvaise qualité. La résine de collage par exemple était fort mal répartie débordant en maints endroits des surfaces de collage. Autre exemple, le mortier de ciment servant au ragréage était largement et inutilement étalé sur la surface intérieure de la cuve, etc. Les intervenants ne devaient pas se faire d'illusion sur la solidité des collages effectués. Ils ont en effet jugé utile de réaliser une plaque de béton armée au dimension de la cuve qui servirait de support permanent, comme ce fut le cas pour d'autres objets de la collection. e
04
A
aze
Malgré la relative résistance de ce support (la plaque montrait en effet une forte flexibilité lors des manutentions), celui-ci aura joué son rôle empêchant notamment la rupture d'une importante fissure transversale qui aurait sans doute altérée la face sculptée. Mis à part la cassure de gauche, celle-ci est en effet parvenue jusqu'à nous, certes usée mais presque complète. z
07
A
aze

L'assise de la cuve sur ce support était réalisée, à la manière de maçon, par une coulée de mortier de ciment de même que l'appui du sacophage au mur de l'ancien musée d'Art chrétien si l'on en juge par les restes de brique, bois et mortier sur la droite de la face arrière.

08
A
azeAZE
eza
TOGATA
PAGE SUIVANTE
Suivante
Suivante